«Interfaces et reconfigurations de la question Nord / Sud en Corée»

Valérie Gelézeau, Eric Bidet, Elisabeth Chabanol, Sébastien Colin, Koen De Ceuster, Alain Delissen, Perrine Fruchart-Ramond, Benjamin Joinau et Marie-Orange Rivé-Lasan

EspacesTemps.net,Textuel, 2010

Projet du programme « Jeunes chercheuses et jeunes chercheurs » de l’Agence nationale de la Recherche (Anr-05-jcjc-0006, « Interfaces Cor », exécuté dans l’umr « Chine, Corée, Japon » (Umr 8173, Cnrs-Ehess-Paris 7). Coordination : Valérie Gelézeau (Ehess)

 Résumé

S’appuyant sur un travail pluridisciplinaire autour de la notion d’interface, l’article propose de nouvelles perspectives d’analyse de la question Nord/Sud en Corée en considérant la partition entre Corée du Nord et Corée du Sud non plus comme un simple contexte géopolitique mais comme une matrice structurante des deux sociétés. Trois grands types d’interfaces entre les deux Corées sont identifiés et analysés à travers plusieurs études de cas : les interfaces spatiales (la frontière inter-coréenne, la frontière sino-nord-coréenne, ou encore les enclaves économiques développées au Nord par la Corée du Sud), les interfaces sociales (la communauté des Nord-Coréens au Sud, les élites sud-coréennes originaires du Nord, ou les échanges culturels nés de l’introduction au Sud de la peinture nord-coréenne), les interfaces narratives renvoyant aux discours que chaque Corée construit sur l’Autre, que ce soient les discours officiels (manuels scolaires, agences de presse) ou ceux de la fiction (cinéma). Prolongeant le travail des géographes sur la notion, l’article s’efforce de mieux décrire la géométrie du système que constitue une interface (multiplicité des plans et des niveaux de contacts, jeu des synapses et des interstices, prégnance des enclaves non seulement sur le plan spatial mais aussi sur les plans social et narratif) et de reconsidérer l’extraordinaire complexité de la culture coréenne contemporaine. Malgré les divergences de vues sur l’existence même d’une interface entre les deux Corées, l’article conclut que l’usage de ce concept a contribué à mettre en évidence la prégnance de cette division au cœur des deux Corées, à tous les niveaux de la sphère sociale et jusque dans le discours des études coréennes. En exposant les frontières divisant les discours et les savoirs sur la péninsule selon un paradigme bipolaire, le concept d’interface a pu permettre de reconfigurer la lecture de la question Nord/Sud dans la péninsule.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire