« La stratégie d’engagement : une alternative à la diplomatie coercitive. Les relations entre les Etats-Unis, la Corée du Sud et la Corée du Nord (1994-2008) »

Thèse soutenue par Perrine Fruchart Ramond

(EHESS, sous la direction d’Alexandre Guillemoz, Directeur d’études)

Date

J’ai eu le plaisir de soutenir ma thèse de doctorat en Etudes politiques portant sur la notion de la « stratégie d’engagement », le 28 novembre 2011 au site de l’EHESS du Bâtiment Le France (13e art. , salle du Conseil A), entre 14h et 17h. Elle est l’aboutissement de six années de travail réalisé sous la direction de M. Alexandre GUILLEMOZ, directeur d’études à l’EHESS.

Jury

Mon jury, présidé par le professeur Hugues TERTRAIS, directeur du Centre d’Histoire de l’Asie contemporaine de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, était composé, par ordre alphabétique, de M. Koen DE CEUSTER, Maître de conférences au Centre d’Études coréennes de l’Université de Leiden ; de Mme Valérie GELEZEAU, maître de conférences à l’EHESS et directrice du Centre de Recherches sur la Corée, CNRS/EHESS ; et de Karoline POSTEL-VINAY, directrice de recherche au Centre d’Etudes et de Recherches Internationales de Sciences Po Paris.

Résumé

Les grandes lignes de ma thèse peuvent être résumées de la façon suivante :

A partir du milieu des années 1990, les dirigeants sud-coréens et américains délaissent la diplomatie coercitive vis-à-vis de la Corée du Nord pour se lancer dans une stratégie d’engagement : les « sanctions positives » alors initiées concourent notamment à l’amorce d’une coopération intercoréenne inédite, en dépit des difficultés rencontrées. Cette situation apparaît tout à fait exceptionnelle, tant les rivalités et les ambiguïtés sont fortes entre les deux Corées, d’une part, entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, d’autre part. La stratégie adoptée par les dirigeants sud-coréens et américains est d’ailleurs loin d’avoir fait l’unanimité dans leur propre camp. Quant à la Corée du Nord, elle est apparue bien plus comme un acteur à part entière qu’une simple « cible » de la stratégie d’engagement.

Si la parenthèse de la détente a pris fin en 2008, les raisons sont à rechercher à la fois en Corée du Nord et dans les changements de stratégie des autres acteurs. La politique d’engagement semble avoir été initiée pleinement de manière trop brève pour pouvoir tenir ses promesses. Cette thèse s’inscrit donc en faux par rapport au pessimisme ambiant quant aux possibilités de négocier avec la Corée du Nord.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire