« La construction d’une identité religieuse bouddhiste en Corée du Sud »

Thèse soutenue par Florence Galmiche

(EHESS, sous la direction de Danièle Hervieu-Léger, Directrice d’études de l’EHESS)

Date

le 9 décembre 2011, à 15h, à la Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, Paris 16e.

Jury

Mme Laurence Caillet (rapporteur)
M. Alain Delissen
M. Erwan Dianteill
M. Vincent Goossaert (rapporteur)
Mme Danièle Hervieu-Léger (directrice de thèse)

Résumé

Depuis le début du vingtième siècle, le bouddhisme en Corée a été marqué par le croisement et parfois la confrontation de deux préoccupations majeures : sa modernisation et son intégration sociale d’une part, la refondation de sa légitimité monastique d’autre part. Cette thèse vise à comprendre la façon dont se reconstruit le bouddhisme dans la société sud-coréenne contemporaine, en particulier dans son appropriation des concepts de religion et de modernité, et comment il participe ainsi activement à leur redéfinition dans un contexte coréen. L’angle d’approche retenu est celui de l’analyse des divisions du travail religieux et en particulier la façon dont s’organisent les relations entre les laïcs et les religieux et dont interagissent, se confrontent et se définissent leurs identités respectives. Cette thèse s’appuie sur une méthodologie ethnographique combinant une observation participante dans des monastères affiliés à l’Ordre Chogye et des entretiens approfondis avec des bouddhistes laïcs, des moines et des moniales. Le premier chapitre prend comme point de départ les prières pour la réussite aux examens d’entrée à l’université. Ce phénomène donne en effet lieu à une participation religieuse massive et suscite un fort investissement de la part des autorités religieuses pour encadrer et reformuler les pratiques dites populaires du bouddhisme. A partir de là, cette recherche présente l’ambition partagée par les religieux et par les laïcs de construire et revendiquer une identité religieuse spécifiquement bouddhiste. Le deuxième chapitre poursuit cette réflexion en montrant comment de nouvelles formes de fréquentation du monastère sont favorisées et, à travers le développement et le renforcement d’associations de fidèles, comment se construit une identité bouddhiste laïque collective et revendiquée, visant notamment à renforcer le rôle et la place du bouddhisme dans l’espace public. Enfin, le dernier chapitre propose une échelle plus large et une perspective différente : il montre comment la dimension monastique et extra-mondaine, loin d’être éclipsée par les priorités d’intégration, d’utilité et de visibilité sociales des monastères urbains, constitue au contraire une dynamique centrale du renforcement actuel du bouddhisme coréen, au travers notamment des interactions entre monastères de ville et de montagne et par la valorisation de la méditation de type Kanhwa Sŏn.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire