« Le « pentecôtisme coréen » à l’épreuve de la transnationalisation : le cas de l’Église du Plein Évangile de Cho Yonggi »

Thèse soutenue par Hui-yeon Kim (EHESS, sousla direction de Nathalie Luca) le mardi 13 décembre 2011, à 8h30, à l’EHESS – Salle du conseil A, RdC-1, Bâtiment Le France, 190-198 avenue de France, Paris 13e.

Le jury

Madame Valérie GELÉZEAU, Maître de conférences, EHESS
Monsieur Vincent GOOSSAERT, Directeur de recherche, CNRS
Monsieur Jine-Mieung LI, Professeur, Université Jean Moulin, Lyon 3
Madame Nathalie LUCA, Directrice de recherche, CNRS (directrice de thèse)
Monsieur André MARY, Directeur de recherche, CNRS
Monsieur Jean-Paul WILLAIME, Directeur d’études, EPHE

Résumé

Cette thèse s’intéresse et souhaite contribuer à une meilleure compréhension du développement, à l’échelle mondiale, de mouvements pentecôtistes. Afin de mieux comprendre ces processus et leurs conséquences, nous avons pris comme objet d’étude une Église pentecôtiste sud-coréenne, son histoire et son organisation particulière. Elle incarne l’évolution du mouvement pentecôtiste et son processus de transnationalisation. Cette Église en a été le produit et contribue aujourd’hui à sa promotion.

Son développement rapide en Corée du Sud correspond à la mise en place et à l’articulation de dispositifs participant au façonnement d’un « pentecôtisme coréen ». Dans le cadre d’une discussion des concepts de « pentecôtisme classique » et de « néo-pentecôtisme », ce travail permet de comprendre comment cette religion s’est adaptée à l’évolution de la société coréenne contemporaine et à ses demandes.  Le fondateur de l’Église, Cho Yonggi, procède à une « routinisation de son charisme » qui se traduit par son institutionnalisation  progressive. Elle s’appuie, dès le départ, sur la revendication d’une internationalisation originale.

L’analyse de l’implantation de cette Église en Europe, se base sur des études de terrains multi-situés, démontre une évolution particulière du pentecôtisme qui ne se fait pas uniquement dans le temps, mais aussi dans l’espace, en fonction des composantes de cette religion. L’étude du fonctionnement des paroisses européennes du Plein Évangile, essentiellement composées d’immigrés coréens, soulève, par ailleurs, la question de la primauté entre l’identité religieuse et ethnique dans le cadre de ce développement international. Le prosélytisme entrepris par ses paroisses reste très superficiel. Elles sont marquées par leur identité ethno-nationale et donnent naissance à ce que l’on peut considérer comme un « groupe ethnique ». Le lien entre l’Église-mère de Séoul et elles se fait d’abord à partir d’éléments qui relèvent d’une certaine « coréanité ». En Asie du Sud-est, notamment au Cambodge, cette Église fonde également son prosélytisme sur ce qu’elle présente comme un modèle de développement proprement « coréen ».

C’est d’abord la représentation de la Corée du Sud portée par Cho Yonggi et l’Église du Plein Évangile qui fait le lien entre les différents acteurs de son réseau international.  Cette  transnationalisation se met ainsi en place autour de l’image d’une nation, la Corée du Sud, en  faisant circuler des valeurs et des représentations propres à son lien avec le pentecôtisme mais aussi, plus généralement, à son histoire.

D’autres Églises pentecôtistes dites transnationales, brésiliennes ou africaines,  font également circuler des imaginaires liés à leur pays d’origine. Le « marché pentecôtiste » à l’échelle mondiale est donc très segmenté. Le message prétendument universel de chaque Église s’adresse d’abord aux populations à même de comprendre ces symboles ancrés nationalement. Ces rapports au religieux qui transcendent les frontières étatiques peuvent être ainsi caractérisés comme un « transnationalisme du national ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire