Publicist, film-maker, and collector : Archabbot Norbert Weber’s View of Colonial Korea (résumé)

 

Vendredi 14 février, 2014

dans le cadre du séminaire pluridisciplinaire du CRC, la Maison de l’Asie a accueilli Lee You Jae (maître de conférences à l’Université de Tübingen), spécialiste de l’histoire des missions chrétiennes en Corée. Dans sa présentation intitulée « Publicist, film-maker, and collector : Archabbot Norbert Weber’s View of Colonial Korea », il a présenté la vie et l’œuvre de cet abbé bénédictin d’origine allemande sur la Corée des années 1920. L’apport de Weber sur la connaissance de la Corée est non-négligeable, on peut le désigner en tant que père-fondateur des études coréennes en Allemagne.

Son travail ethnographique se compose de trois éléments :

  •  Du récit de voyages Im Lande der Morgenstille (« Au pays du matin calme », non-traduit en français) de sa première visite en Corée,
  • De sept films documentaires 35mm de son deuxième (et dernier) voyage, dont le plus important lui aussi intitulé Im Lande der Morgenstille,
  • De la fondation du Musée de la Mission à St. Ottilien, son abbaye qui, à côté des collections sur la Corée, montrent aussi des objets récupérés dans les colonies africaines.

Contrairement au livre, le film Au pays du matin calme met volontairement de côté, l’aspect colonial de la Corée : ce film se contente de présenter la vie quotidienne des colonisés et de passer un message d’auto-propagation de la mission bénédictine.

Ce qui est remarquable dans l’œuvre de Weber, c’est que pour lui, le discours « christianisation = occidentalisation » n’est pas correct. En effet, il éprouve du respect pour la tradition et la culture coréenne et approuve ses valeurs de pitié, d’humilité, d’hospitalité et de l’esprit de groupe. Il voit la Corée comme une civilisation en danger de disparition que l’on doit documenter pour la préserver. Néanmoins, son film porte des traces de l’exotisme avec la mise en scène des palmiers et du soleil en décor pour sa démonstration du voyage à l’autre bout du monde.

Le débat portait sur la question de savoir comment appréhender l’image que donne Weber des religions « autochtones » (le bouddhisme et le chamanisme) : admiratif ou moqueur ? Comment ses films ont-ils été diffusés en Allemagne de Weimar et comment sont-ils parvenu à leur redécouverte dans les années 1980 ? Et comment expliquer la parallèle géographique entre la Corée et l’Italie, présenté tout au début du documentaire ?

Alexandra Lichá
Étudiante en M2, affaires urbaines (Governing the Large Metropolis) à Sciences Po Paris,
spécialisée en villes coréennes
Stagiaire au Centre de recherches sur la Corée de l’EHESS
UMR 8173 Chine, Corée, Japon

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22/04/2014

    […] Source : Centre de recherches sur la Corée, UMR 8173 “Chine, Corée, Japon” CNRS-EHESS. […]