Entraîner et éduquer en Corée du Nord : sportifs et militaires à l’épreuve dans le cinéma (résumé)

Vendredi, 21 mars 2014

Dans le cadre du séminaire pluridisciplinaire du CRC, la Maison de l’Asie a accueilli une session sur les représentations cinématographiques des soldats et des sportifs nord-coréens : « Entraîner et éduquer en Corée du Nord : sportifs et militaires à l’épreuve dans le cinéma ». Organisée par Valérie Gelézeau (EHESS), cette séance a été structurée par les interventions successives d’Alexander Vorontsov (Université de Moscou) et de Marie-Orange Rivé-Lasan (Université Paris-Diderot).

Chacun des présentateurs a partagé avec le public un film au choix, avec des extraits commentés pendant une heure environ. Alexander Vorontsov a montré les passages sur les soldats nord-coréens du documentaire russe « The Korean Trap » (Pavel Sheremet, 52 mn) dont il a été le scénariste, portant sur les militaires des deux Corées – un film commémorant 50 ans de la fin de la Guerre de Corée montrant l’impasse de la solution militaire du conflit dans la Péninsule. Le film, traduit simultanément du russe par Alexander Vorontsov, formait un collage d’archives, d’entretiens (anciens combattants ou diplomates russes) et de tournages en alternance entre les soldats nord-coréens et sud-coréens, notamment de part et d’autre de P’anmujŏm, haut lieu de la frontière inter-coréenne. Le débat portait surtout sur les modalités et les particularités de production d’un film documentaire en Corée du Nord.

Marie-Orange Rivé-Lasan avait choisi un film de fiction (Chosŏn yesul yŏnghwa) de 1998 intitulé « A family basketball team » : dans un village vit une famille dont les membres, sous la direction du grand-père, s’entraînent à divers sports, notamment le basketball. La bien-aimée d’un des fils est soumise à l’épreuve de football afin de procéder aux fiançailles – elle, malgré son expérience limitée en sport (elle est musicienne) aide, grâce à son effort et sa motivation, l’équipe familiale à remporter une compétition nationale de basketball, en marquant le dernier but décisif.

Bien que sur le ton de la comédie, le film (produit uniquement en nord-coréen, donc essentiellement destiné au public domestique) renvoie à des points forts de la propagande des années 1998, marqué par une crise alimentaire et démographique majeure. Ainsi, l’histoire peut se lire comme une allégorie sur l’engagement et la motivation, qui sont de suprême importance pour le pays en temps de crise. Le choix du basketball n’est pas aléatoire lui non plus : en tant qu’un des sports nationaux officiels, il jouit d’un certain prestige social. Aussi, il symbolise dans le contexte d’une crise démographique et alimentaire l’importance de la grande taille dans les années 1990.

Alexandra Lichá
Étudiante en M2, affaires urbaines (Governing the Large Metropolis) à Sciences Po Paris, spécialisée en villes coréennes
Stagiaire au Centre de recherches sur la Corée de l’EHESS
UMR 8173 Chine, Corée, Japon

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24/04/2014

    […] Source : Centre de recherches sur la Corée, UMR 8173 “Chine, Corée, Japon” CNRS-EHESS. […]