2. Rapport sur l’inventaire du fonds Marcel Giuglaris (Corée 1950-1990)

Rapport sur l’inventaire du fonds
Marcel Giuglaris
(Corée 1950-1990)

Par Laurent Quisefit

Introduction

Marcel Giuglaris (1922-2010), journaliste, correspondant de guerre en Asie, a couvert notamment les conflits de Corée et d’Indochine. Son travail est marqué par une forte affinité avec le Japon, où il résida longtemps

Mme Sonia Giuglaris a fait don des archives de son mari relatives à la Corée au CRC en 2012 (convention signée le 21 octobre 2012). Le fonds se répartissait dans 4 cartons, livrés par avance en octobre 2011 et stockés à la maison de l’Asie en attente de traitement.

Laurent Quisefit a bénéficié en 2013 d’un contrat post-doctoral aux fins d’inventaire et de valorisation de ce fonds.

Sommaire

  1. Marcel Giuglaris, une vie pour l’Orient.

  2. Descriptif du fonds

  3. Tâches à prévoir

  4. Fiche synoptique : Marcel Giuglaris

  5. Cahier de cotes

1 . Marcel Giuglaris, une vie pour l’Orient.

Journaliste et écrivain, Marcel Giuglaris a aussi touché aux arts du spectacle, et au cinéma. Sa carrière représente un parcours complexe, non linéaire, qui touche à de nombreux domaines. Cependant, on note la profonde cohérence de son intérêt pour la Corée, dont il suit l’actualité depuis la guerre de Corée (1952) jusqu’aux années 1990, notamment à travers une veille documentaire marquée par des dossiers de coupures de presse.

Directeur (1947-49) de la troupe de théâtre Percy (nô japonais), Journaliste (à partir de  1949), collabore à l’Opinion puis à l’Information (1949-51), réside en Extrême-Orient (1951-82), et couvre, en qualité d’envoyé spécial et de correspondant permanent de Paris-Presse puis de France-Soir et d’Europe N°1 tous les pays d’Extrême-Orient. Délégué d’Unifrance film au Japon et en Extrême-Orient (1958-1982), il est ensuite correspondant du Point, du Figaro (1974-1982) et de la Radio Suisse romande (1958-1982), Président-directeur général de Hachette-Japon (1979-1983), Président (1982-94), Président d’honneur (depuis 1994) de Japac.

Il a effectué plusieurs séjours en Corée, comme reporter pour Paris-Presse, Radio Lausanne et Europe no 1.

2. Descriptif du fonds

a) Période couverte :

  • Ce fonds couvre une période allant principalement de la guerre de Corée (1950-1953) aux années 1990.

b) Composition

  • Le fonds est composé de photographies et diapos en noir et blanc et couleur, de bandes magnétiques, de brouillons d’articles, de manuscrits, de  coupures de presse et de journaux, de brochures diverses, d’une centaine de livres et de cartes (voir inventaires).

  • On observe des éléments de relations épistolaires, discontinues, qui montrent les réseaux d’information du journaliste, que ce soit avec les diplomates français comme Teissier du Cros ou certains hommes politiques coréens d’opposition, comme Ko Jung-hoon, ou encore son amitié avec différents collègues, dont Paul Mousset.

  • Certains ouvrages sont dédicacés.

Répartition générale du fonds

cartes

livres

Brochures

Images fixes

~ 24

100

? quelques dizaines

Plus de 200 photographies.

Plusieurs centaines de diapositives, de négatifs, de planches contact.

On trouve pas moins de 100  livres dans le fonds, répartis sur des domaines aussi divers que l’histoire, la culture et le folklore, la propagande (publications officielles des deux Corée), ou encore l’art. Bien que la littérature ne soit pas réellement représentée (4), il faut noter la présence d’un tiré à part d’une contribution à un ouvrage sur les littératures du monde, publié par The University of Oklahoma, sous le titre Books Abroad.

On remarque 15 ouvrages sur la guerre de Corée, publiés en occident, en Chine (République populaire et Taiwan) ou en Corée du Nord (6 titres), des ouvrages sur la politique et la situation entre les deux Corée, et divers documents de travail, sur la géographie, les institutions etc. La variété des ouvrages montrent clairement le travail du journaliste, tout en marquant un intérêt personnel pour l’art.

Les ouvrages recensés sous la catégorie « histoire » appartenaient, lors de la constitution du fonds documentaire, à l’actualité.

c) Classement

Les différents documents ont fait l’objet à ce jour d’un reclassement en 24 références, conservant photographies, diapositives, cartes, livres, coupures de presse, journaux, brouillons d’articles, et correspondance.

Les cotes ont été conçues comme suit :

Cotes du  fonds=DMG  Don Marcel Giuglaris

A=Audiovisuel

AS=autres supports

BR=Brochures et prospectus

IF=Image fixe

L=Livre

M=manuscrit

P=Presse et périodiques

C=correspondance

R=Recueil

Un numéro a été affecté à chaque classeur, document ou recueil.

DMG-8

IF-R 2

La référence DMG-8 –IF-R-2 est ainsi un recueil (R) d’Images fixes (photographies ou diapositives)

Limites du fonds

  • Cependant, la majorité des articles de presse ne sont ni datés ni référencés correctement (on ne connaît ni les dates, ni les périodiques), de sorte qu’il faudrait entreprendre un long travail d’analyse pour retrouver les journaux de publication et les dates.

  • Certains documents existent en double, ou sont fragmentaires, notamment les brouillons d’articles.

  • Les images fixes sont nombreuses, mais non datées avec précision. En outre, la majorité des personnages ou des événements n’est indiquée. Un long travail d’investigation paraît utile afin d’identifier, autant que faire se peut, dates, lieux et personnages.

  • Certains passages de ces documents posent directement le problème du travail d’enquête, de la vérification des sources, etc. de sorte que ces informations devront être recoupées.  La part de l’anecdote prétendument édifiante semble par moments exagérée, et peu s’exercer au détriment de l’analyse. Peut-être est-ce dû au public visé. (Marcel Giuglaris était journaliste à Paris-Presse / France Soir, mais a aussi collaboré à des journaux suisses), et il fallait contenter les différents lectorats.

Des supports variés, une grande cohérence intellectuelle

Le fonds Marcel Giuglaris constitue ainsi un très riche fonds documentaire, permettant aussi bien d’observer le travail du journaliste que de parcourir l’histoire récente de la Corée. On remarque de nombreux documents originaux sur l’armistice de 1953 (dont des photos), la Corée des années 1960, des coupures de journaux, les notes et articles de Marcel Giuglaris, des dossiers de documentation constitués à titre de veille documentaire, jusque dans les années 1990. En outre, quelques documents des années 1980 émanent de l’Association  d’Amitié France-Corée, dont Marcel Giuglaris semble avoir été membre.

Le fonds comprend aussi des éléments de correspondance, et des brouillons d’articles et d’interviews, reflets de l’atelier du journaliste international.

La chronologie correspond à une époque qui voit un nouvel essor du photo-journalisme. Plusieurs clichés des planches contact présentent des tracés dessinés au recadrage de photographies destinées à la publication.

Perspectives de traitement et de valorisation

A l’heure actuelle, et dans l’attente d’investigations plus précises, l’essentiel du fonds a été reclassé dans des classeurs de pochettes plastiques transparentes pour ce qui est des feuilles volantes, des brouillons et des brochures. Chaque classeur ou boîte d’archives demande un inventaire exhaustif.

Il paraît donc  nécessaire de dresser un inventaire détaillé et précis des articles, textes et photographies du fonds. La numérisation des photographies et autres images fixes  permettrait de créer une banque d’images. Se pose cependant ici le problème du système de classement, du travail sur les thèmes, etc. La conservation pose aussi problème, qu’il s’agisse de journaux anciens ou de photographies, notamment en ce qui concerne les négatifs et les diapositives. Enfin, les aspects juridiques, les droits de publication, ou de reproduction des différents documents nécessitent des clarifications.

Paris, le 31 mai 2013.

Fiche synoptique

Marcel Giuglaris

Journaliste et  Ecrivain français, (19 juin 1922 – le 05/02/2010)
Né le 19 juin 1922 à Nice (Alpes-Maritimes).
 Fils d’Alfred Giuglaris, Commerçant, et de Mme, née Fernande Ferrero.
Marié le le 7 juillet 1973 à Mlle Sonia Sella

 Etudes :

Ecole d’Annot, Collège de Grasse, Lycée de Nice, Faculté des lettres d’Aix-Marseille.

Diplômes :

Certificats d’histoire, Elève à l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr  (promo 43), Diplôme de l’Ecole des hautes études commerciales (1948) ;

Langues connues : français, anglais, japonais. (l’apprentissage du japonais reste mystérieux, ne semble pas diplômé des Langues Orientales). Il ne semble pas avoir véritablement appris le coréen, et un recueil de phrases usuelles est conservé dans le fonds.

Carrière :

Directeur (1947-49) de la troupe de théâtre Percy (nô japonais), Journaliste (depuis 1949), collabore à l’Opinion puis à l’Information (1949-51), réside en Extrême-Orient (1951-82), et couvre, en qualité d’envoyé spécial et de correspondant permanent de Paris-Presse puis de France-Soir et d’Europe N°1 tous les pays d’Extrême-Orient, Délégué d’Unifrance film au Japon et en Extrême-Orient (1958-1982), Correspondant du Point, du Figaro (1974-1982) et de la Radio Suisse romande (1958-1982), Président-directeur général de Hachette-Japon (1979-1983), Président (1982-94), Président d’honneur (depuis 1994) de Japac.

Œuvres :

  • Reportages sur la guerre de Corée, la guerre d’Indochine, la guerre du Vietnam, la Sibérie orientale, le Japon, les autres pays d’Extrême-Orient et de l’Asie du Sud-Est;

  • Ouvrages
    Marcel GIUGLARIS, Monsieur l’honorable Poupée, aventures au Japon d’un Français en kimono. Paris, R. Laffont, 1954, 227 p.
    Le Japon ; textes de Madeleine PAUL-DAVID Marcel GIUGLARIS, Jean-Pierre HAUCHECORNE, et al. Paris, O.D.É., 1954, 415 p.
    Shinobu et Marcel GIUGLARIS, Le cinéma japonais (1896-1955). Paris : Cerf, cop. 1956, 245 p.
    Skintaro ISHIHARA, La Saison du soleil, traduit du japonais par Kuni MATSUO, préface de Marcel GIUGLARIS. Paris, 1957
    Marcel GIUGLARIS, Le Japon perd la guerre du Pacifique, de Pearl Harbour à Hiroshima . Paris, A. Fayard, 1958, 432 p.
    Marcel GIUGLARIS, Visa pour le Japon. Paris, Gallimard, 1958, 291 p.
    Marcel GIUGLARIS, Visa pour la Sibérie, . Paris, Gallimard, 1963, 267 p.
    Dominique DARR et Marcel GIUGLARIS, Japon des réalités. Paris, Éditions Marcus (Imprifrance), 1965, 172 p.
    Marcel GIUGLARIS, Vietnam : le jour de l’escalade, reportage. Paris, Gallimard, 1966, 264 p.
    Le Japon, un portrait en couleurs… ; textes de Madeleine PAUL-DAVID Marcel GIUGLARIS, Jean-Pierre HAUCHECORNE, et al. Paris : Odé, les Amis de l’histoire, 1969, 256 p.: Monsieur l’honorable poupée (1954), le Cinéma japonais (1956), Visa pour le Japon, le Japon perd la guerre du Pacifique (1958), Visa pour la Sibérie (1963), le Japon des réalités (1965), Vietnam : le jour de l’escalade (1966).

Décorations :

Chevalier de la Légion d’honneur, Officier de l’ordre national du Mérite, Médaille de la Résistance, Officier des Arts et des Lettres, Croix de guerre 39-45.

Distinctions :

Mérite du cinéma japonais (1965), Grand prix du Japan Film Pen Club (1983), Prix Kawakifa (1994).


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 30/09/2015

    […] Lire la suite sur les Carnets du Centre Corée. […]

  2. 07/03/2016

    […] Rapport sur l’inventaire du fonds Marcel Giuglaris (Corée 1950-1990) par Laurent Quisefit […]