Séminaires du CRC 2015-2016

Programme de 2015-2016

LE MONDE CORÉEN MODERNE :
TEMPÉRAMENTS HISTORIENS, MODALITÉS GÉOGRAPHIQUES
Alain Delissen, directeur d’études à l’EHESS

NOUVELLES CULTURES URBAINES EN CORÉE
Valérie Gelézeau, maîtresse de conférences à l’EHESS.

LE MONDE CORÉEN MODERNE :
TEMPÉRAMENTS HISTORIENS, MODALITÉS GÉOGRAPHIQUES
Alain Delissen, directeur d’études à l’EHESS
Vendredi de 10 h à 12 h
(Maison de l’Asie 22 av du Président-Wilson 75116 Paris),
du 06 novembre 2015 au 05 février 2016
NOUVELLES CULTURES URBAINES EN CORÉE
Valérie Gelézeau, maîtresse de conférences à l’EHESS
Un jeudi par mois de 10 h à 12 h
(Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris),
de novembre 2015 à mai 2016.
Dates fixées ultérieurement
Le travail des historiens coréens modernes ne s’offre pas uniment sous la forme standard, annotée et refroidie de l’article ou du traité académique. En témoignent les inflexions indignées d’un Sin Ch’aeho, père national fondateur de la discipline, en marge de la guerre russo-japonaise : leur traduction et leur interprétation posent des difficultés de ton et de genre autant que de langues et de notions.Tout en mettant l’accent sur le premier XXe siècle à partir de matériaux variés, le séminaire s’attachera à parcourir et interroger l’histoire bouleversée du monde coréen, du XIXe au XXIe siècle. Il s’efforcera, par delà les catégories d’analyse usuelles – nation, colonialisme, modernité, etc. – d’en saisir les tempéraments : quel est le sens du passé « en mode charang (fierté) », « en mode kaldŭng (conflit) », « en mode kot’ong » (souffrance) » ou en mode chŭlgŏum (plaisir) ?Et puisqu’une inquiétude perceptible sur l’espace de la coréanité traverse nombre de ces travaux historiques – place dans le monde ; invasion, annexion, exil, division – il s’agira aussi d’être attentif, à plusieurs échelles, aux modalités géographiques de la modernité coréenne. A la pluralité abstraite des lieux du discours sur la Corée, on ajoutera le déploiement d’une cartographie imaginaire et savante visant à explorer les lieux concrets, les territoires flexibles, les paysages sensibles d’un pays rêvé.On prendra le train pour Pusan avec Ch’oe Namsŏn. Avec Ko Ŭn, on habitera un village du Chŏlla.Mots-clés :
Affects, Cartographie, Coloniales (études), Écriture, Géographie, Histoire, Historiographie, Imaginaire, Mémoire, Monde, Nationalisme, Savoirs, Spatialisation, territoires, Transnationales, Urbaines (études),
Aires culturelles :
Asie, Asie orientale, Corée, Japon, Transnational/transfrontières,
Suivi et validation pour le master :
Hebdomadaire semestriel (24 h = 6 ECTS)
Domaine de l’affiche :
Histoire – Histoire et civilisations de l’Asie
Le séminaire de cette année est adossé à une manifestation scientifique qui, à l’occasion des années croisées France/Corée (2015-2016), propose une réflexion critique sur les nouvelles cultures urbaines de la République de Corée, pays qui compte plus de 85% de citadins et d’une dizaine de villes millionnaires. De mégapoles en mégalopole, de Séoul à Busan ou Gwangju, comment habite-t-on aujourd’hui les très grandes villes de la péninsule ? Qui sont ces classes moyennes qui peuplent des grands ensembles d’appartement, différents en tous points des HLM français ? Comment les cultures digitales s’inscrivent-elles dans les modes de vie urbains ? Que nous dit de la société coréenne l’esthétique des villes, des corps qui les habitent aux monuments qui les structurent ? Des méga-centres commerciaux aux espaces marginaux des jardins potagers, quels sont les nouveaux lieux de sociabilité des citadins ?
On répondra à ces questions au cours d’un forum de rencontres scientifiques qui se tiendra à la CAPA les 8, 9, 15 et 16 avril 2016. La réflexion privilégiera l’articulation entre formes et pratiques de la ville, et les cultures habitantes. Dans cette perspective, deux grands axes de problématique sont envisagés :La ville habitée – des projets aux pratiques
La ville mise en scène – littérature, arts visuels, cinéma
Le séminaire se tiendra en amont, pendant et en aval de cette manifestation d’avril.
En amont (3 séances de 2 h les 17, 24 et 31 mars 2016) : discussion critique sur le programme scientifique, lectures, préparation des actions pendant les débats (micro-blogging scientifique, interventions, etc.).
Pendant les rencontres scientifiques : présence obligatoire à l’ensemble des conférences, tables rondes et débats en prévision de l’établissement de comptes rendus.
En aval : mise en valeur des comptes rendus sur les plateformes adaptées de communication scientifique.
En raison de la forme particulière du séminaire en 2015-2016, il est obligatoire pour les étudiants de prendre contact avec l’enseignante au préalable pour l’inscription et la diffusion des informations.
Mots-clés :
Anthropologie, Cinéma, Culture, Développement, Développement durable, État et politiques publiques, Géographie, Patrimoine, Paysage, Urbaines (études), Ville,
Aires culturelles :
Asie orientale, Corée,
Suivi et validation pour le master :
Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

 


Vous aimerez aussi...