Rapport sur le traitement des archives de Marcel Giuglaris

Rapport sur la direction du traitement des archives de Marcel Giuglaris
(hal-01286705)

Par Eunjoo Carré-Na

 

  1. Démarche administrative

En 2012, pendant les congés d’été, un don de Marcel Giuglaris a été adressé à la directrice du Centre de Recherches sur la Corée (CRC-EHESS) Valérie Gelézeau, sans aucune formalité administrative.

Après m’être informée auprès de collègues du domaine et d’établissements partenaires, afin d’accomplir les formalités nécessaires, j’ai préparé une convention, puis je l’ai envoyée à Mme Giuglaris avec une lettre pour solliciter sa signature. Mme Giuglaris, donatrice du fonds, a signé et renvoyé la convention accompagnée d’une lettre pleine de bienveillance.

Le fonds Marcel Giuglaris a été préalablement trié par aire géographique par la donatrice et partagé entre divers établissements (voir « le fonds de Marcel Giuglaris du CRC » de Laurent Quisefit, et « le rapport sur l’inventaire » de Og-cheong Ahn).

 

  1. Organisation du traitement

Le CRC-EHESS a engagé un budget destiné à un recrutement pour une assistance au service de documentation. Laurent Quisefit (en 2013) et Og-cheong Ahn (en 2014, et 2015) ont accompli successivement ce contrat de vacation. Bien qu’ils aient été tous deux de jeunes docteurs du CRC, il ne s’agissait pas d’un contrat de recherche post-doctoral, contrairement à ce qui est indiqué dans le rapport de Laurent Quisefit, mais bien d’une assistance au service de documentation avec comme mission le traitement documentaire de ces archives.

Certes, l’archive en soi est un objet de recherche, mais l’objectif de la mission était de traiter ce fond le plus rapidement possible, en respectant au maximum son état originel pour le mettre à la disposition à des utilisateurs. Or la monopolisation des documents à des fins de recherches personnelles faisait prendre du retard au traitement du fond, ce qui entraîna de sérieux problèmes de stockage au CRC qui n’a pas d’espace prévu pour ce genre de tâche. Au lieu d’être classé, le fond était donc laissé à l’abandon, ce qui laissait craindre des risques de perte. Et j’ai par conséquent été obligée de poser une limite entre recherche personnelle et traitement documentaire.

 

  1. Identification du fonds et système de classement

Pour mettre en avant l’identité du fonds, j’ai décidé de le traiter à part, en créant une nouvelle cote (DMG, Don Marcel Giuglaris) et en les marquant avec un seau particulier comme « Fonds Marcel Giuglaris ».

En principe, lors du traitement d’archives, on respecte le classement initial fait par le propriétaire originel. Ce fonds Giuglaris a été déjà reclassé par la donatrice, et certains documents avaient été mélangés. En essayant de conserver l’état de classement originel, j’ai déterminé un système de cotes spécifique au fonds Giuglaris, avec des critères proches au celui du CRC : support de documents (audiovisuel, brochure, livre, presse, image fixe, manuscrit, correspondances, etc.), puis selon la nature de chaque cote, sous-classement chronologique et/ ou thématique, etc. (voir dans des 2 rapports sur l’inventaire de Laurent Quisefit et d’Og-cheong Ahn).

Sur cette base, les deux contractuels ont ajouté au cours de l’avancement du travail quelques sous-classements ou détail de description : Laurent Quisefit, le « recueil », Og-cheong Ahn, « contenu, thème ».

Rappel des cotes

A=Audiovisuel
AS=autres supports
BR=Brochures et prospectus
IF=Image fixe
L=Livre
M=manuscrit
P=Presse et périodiques
C=correspondance
R=Recueil  Un numéro a été affecté à chaque classeur, document ou recueil.
(ex. DMG-8, DMG-IFR 2 = La référence DMG-IFR 2 est ainsi un recueil (R) d’Images fixes (photographies ou diapositives))

  1. Ouverture au public et mise en ligne

Une fois le traitement terminé, j’ai créé une liste d’inventaire numérique propre au Fonds Marcel Giuglaris : Inventaire du Fonds Marcel Giuglaris du CRC-EHESS, disponible en ligne sur internet. Puis j’ai diffusé l’annonce de l’ouverture du « Fonds Marcel Giuglaris au CRC » à un large public.

J’ai aussi mis en ligne tous les rapports concernant le fonds et son traitement dans le Carnet du Centre Corée et dans HAL, pour détailler les points déjà évoqués plus haut.

  1. Le fonds Marcel Giuglaris du CRC (EHESS) par Laurent Quisefit
  2. Rapport sur l’inventaire du fonds Marcel Giuglaris (Corée 1950-1990) par Laurent Quisefit (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01283766)
  3. Compte-rendu sur l’inventaire du fonds Marcel Giuglaris : Partie coréenne (1950-1990) par Ahn Ogcheong   (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01283758)

Désormais, le fonds Giuglaris peut être consulté par des lecteurs et des chercheurs. La consultation est possible à la bibliothèque publique du 1er étage de la Maison de l’Asie, 22 avenue du président Wilson, Paris 16e.

 

  1. Remerciements 

En guise de conclusion, je tiens à présenter mes remerciements :

tout d’abord, à Mme Giuglaris pour sa décision de donner une partie du fonds au CRC. Dans la limite de nos moyens, je peux l’assurer que nous avons fait nos mieux pour prendre soin de ce don généreux et le mettre à la disposition du public ;

ensuite, à mes deux collaborateurs, Laurent Quisefit et Og-cheong Ahn, pour leur travail dévoué et la mise en valeur de ce fond ;

enfin, aux membres du conseil d’équipe du CRC qui m’ont soutenue, afin que je puisse bien achever cette mission.

Je termine ce rapport, en souhaitant que désormais des chercheurs tirent au mieux parti de ce fond mis à disposition du public par le Centre Corée de l’EHESS, équipe Corée de l’UMR 8173 CNRS, grâce à la générosité de M. et Mme Giularis.

 

A Paris, Mars 2016

 


Vous aimerez aussi...