Usages sociaux des références européennes par les élites sud-coréennes

Le 24 février 2017
dans le cadre de séminaire pluridisciplinaire d’études coréennes

Kil-ho Lee
(ISP – Université Paris Ouest)

présente une conférence intitulée

« Usages sociaux des références européennes par les élites sud-coréennes  »

de 14h00 à 16h00

dans le grand salon de la Maison de l’Asie,
22 avenue du président Wilson, 16e Paris.

Résumé

Apparus au milieu des années 1990 au sein de l’espace des élites sud-coréennes, les « spécialistes de l’Europe » ont joué un rôle déterminant dans les transformations des références européennes en s’engageant dans les descriptions et les analyses relatives à l’Union européenne. En dépit de l’hétérogénéité de leurs appartenances institutionnelles et professionnelles et de la différence notable de la nature et du volume du capital social qu’elles détiennent, ces élites contribuent toutes à faire exister les « faits européens » dans la société sud-coréenne en s’accordant sur l’importance de la compréhension des enjeux des processus de construction européenne. Si ces élites bénéficient désormais d’un statut socialement valorisant, la reconnaissance de leur légitimité doit en grande partie aux différentes politiques promotionnelles des « études internationales » menées par les gouvernements successifs. L’espace des européanistes coréens caractérise par la prédominance des universitaires et par l’indétermination des limites légitimes de cet espace traduit l’ambiguïté de leur vocation académique et intellectuelle affichée. En effet, le recours systématique au « modèle européen » auquel ils ont contribué conduit à un conservatisme professionnel voué à la reproduction de certains individus ayant occupé déjà une position dominante à cet univers, alors que ces individus tendent à se rapprocher des pouvoirs hétéronomes et à s’abstenir des débats publics qui pourraient toucher directement à leur domaine de spécialité. L’analyse de leurs dispositions et de leurs rapports concurrentiels avec d’autres catégories d’élites, en l’occurrence celles spécialisées dans le monde dit « anglo-saxon », illustre bien que leurs représentations de l’« Europe » ne sauraient être considérées comme un schème de pensée figé ou définissable par avance, mais comme le produit d’un espace où la lutte autour de la définition légitime des modèles étrangers est un enjeu déterminant pour tous ceux qui partagent une même croyance spécifique dans une valeur sociale supposée immanente à ces modèles.


Vous aimerez aussi...