Vivre à la frontière entre deux Corées

Le 10 mars 2017

dans le cadre de Cycle « ciné-sciences sociales Corée »

Lyang Kim

présente son documentaire

« Vivre à la frontière entre deux Corées »

de 14h00 à 16h00

dans le grand salon de la Maison de l’Asie,
22 avenue du président Wilson, 16e Paris.

Synopsis

En Corée, situé au cœur du pays divisé, il existe une zone démilitarisée. Aux confins de laquelle vivent, depuis plus de quarante ans, des pionniers installés. Cette région a appartenu au Nord après la libération de l’occupation japonaise, puis divisée, comme le pays lui- même, après la guerre de 1950-1953. Elle est traditionnellement connue pour ses étendues de rizières, a été ravagée par le combat le plus virulent pendant la guerre ; le sommet de Bak-ma (« le Cheval blanc ») est le symbole de ce combat, où se sont battus aussi des soldats français. Après cette guerre, couverte de mines, la région fut abandonnée durant plus de 10 ans. C’est la dictature Park qui a pris l’initiative de défricher ces terres vers la fin des années 60, afin de sortir le pays de la famine ; ce plan de sauvetage a pris pour modèle les kibboutzim israéliens. Pour cela, on a fait appel à des gens pauvres, avides de posséder une terre à tout prix. On a choisi des hommes qui avaient fini leur service militaire, qui avaient déjà une famille à nourrir, et qui étaient suffisamment anti-communistes pour êtres prêts à combattre en cas d’invasion des Nord-coréens. Le film montre des habitants qui racontent cette histoire, et le déploiement de la vie à la frontière : l’habitat est plus ou moins menacé, mais comment peut-on caractériser cette vie à la frontière ? est – elle artificielle ? ou à la fois très naturelle? Cette réflexion se projette forcément sur leurs maisons. Peut- on habiter à la frontière et cependant, être dans la maison de ses rêves ?

Lyang Kim est artiste visuelle, cinéaste, doctorante à l’EHESS. Son thème de recherche: vivre et habiter à la frontière; sa thèse est intitulée Habiter à la frontière : une question géopolitique vue par le cinéma. Boursière de  l’Institut Français, du CNRS Images et de la Fondation Bettencourt-Schueller,  elle a réalisé entre autres deux documentaires de création : Dream House by the Border (87mn, 2013; sélectionné en compétition au Festival International du Film à Busan, au Festival du Film d’Environnement à Paris, etc.) ; et Resident Forever(89mn, 2016), sur les frontières arméniennes, nominé pour le meilleur documentaire à l’Arpa International Film Festival en 2016 (Hollywood), sortie prévue en salle en 2017.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/03/2017

    […] Pour plus d’informations, cliquez ici. […]