Collection « Kalp’i – Études coréennes »

Nouvelle collection « Kalp’i – Études coréennes »
de l’Institut d’études coréennes du Collège de France

Directeur de collection : Alain Delissen

 

 Photo de la couverture du Kalp’i   I ©

 

L’Institut d’Études coréennes prend racines dans une bibliothèque créée en 1959 à la Sorbonne, à partir du fonds coréen du professeur Charles Haguenauer (1896-1976). Rattachées en 1973 au Collège de France, les riches collections de l’IEC ― essentiellement des ouvrages scientifiques sur la Corée classique et les humanités modernes ― se sont enrichies d’incunables coréens issus de la collection du savant-diplomate Maurice Courant (1865-1935), fondateur des études coréennes françaises.

Depuis 1979, l’Institut d’Études coréennes est aussi éditeur, au Collège de France, d’une double collection, diffusée par De Boccard.

Avec une maquette renouvelée qui adresse un clin d’œil à ses devancières, la collection « Kalp’i – Études coréennes » s’attache à rendre compte du développement vigoureux des études coréennes francophones au début du XXIe siècle. Nourrie de recherches récentes et originales, elle s’adresse aux étudiants de ce domaine et à tous ceux qu’intéressent la profondeur historique et les transformations contemporaines du monde coréen. Fermement engagée en disciplines en même temps qu’attentive aux débats qui animent les sciences humaines et sociales, elle ambitionne aussi de sortir le monde coréen du réduit des aires culturelles.

 

Appel À manuscrits

 Kalp’i – Études coréennes

Kalp’i kalp’i (갈피갈피) : page à page

Ch’aek kalp’i (책갈피) : un marque-page

Kalp’i-rŭl chab-ŭl su ŏpta (갈피를 잡을 수 없다) : Je ne vois pas le kalp’i (là où tu veux en venir).

Kalp’i (갈피) : un espace dans le fil de la pensée, dans le fil de l’argumentation d’où surgit l’idée neuve ; le sens : articulation et bifurcation.

L’Institut d’Etudes Coréennes du Collège de France et son conseil  scientifique et éditorial  accueillent  ainsi des monographies originales en français dans toutes les disciplines ; des travaux issus de mémoires universitaires ; des ouvrages collectifs articulés autour d’une problématique forte. Comme ses collections devancières (les Mémoires et les Cahiers d’études coréennes, Kalp’i est diffusé par les Editions De Boccard.

Kalp’i  1

  • Eunsil Yim, Être Coréens au Kazakhstan. Des entrepreneurs d’identité aux frontières du  monde  coréen,  2016, 393 pages.

Kalp’i 2

  • Maurice Courant, Une amitié pour la Corée : « Cher Monsieur Collin de Plancy », 2017, 263 pages.

À paraître

  • Guillaume Carré, Avant la tempête.
  • Valérie Gelézeau (dir.), Sŏrabŏl – Des capitales de la Corée.

Les propositions seront adressées par courriel, aux formats usuels, à M. Alain Delissen, directeur de l’Institut d’Études Coréennes (alain.delissen@college-de-france.fr).

Elles comporteront 1) une note d’intention (moins de cinq pages) explicitant l’apport de la publication au domaine des études coréennes actuelles, aux domaines disciplinaires concernés, à l’actualité d’une question ; 2) une table des matières de l’ouvrage projeté ; 3) des précisions sur l’état de la rédaction ou sur le calendrier de rédaction ; 3) un chapitre rédigé conforme aux attentes et pratiques de la collection.

 


Vous aimerez aussi...