Eunsil Yim, Être Coréens au Kazakhstan. Des entrepreneurs d’identité aux frontières du monde coréen

Kalp’i  I

Eunsil Yim, Être Coréens au Kazakhstan. Des entrepreneurs d’identité aux frontières du monde coréen, Collège de France, Institut d’études coréennes, collection « Kalp’i – Études coréennes », 2016, 393 pages.

 

Eunsil Yim
ÊTRE CORÉENS AU KAZAKHSTAN
DES ENTREPRENEURS D’IDENTITÉ AUX FRONTIÈRES DU MONDE CORÉEN

Plus de cent mille Coréens – Sovetskie korejcy ? Koryŏ saram ? – vivent aujourd’hui au Kazakhstan. Leur intérêt et leur importance ne tiennent pas aux chiffres. Dans cet état multi-ethnique et indépendant, issu de l’empire soviétique, ils forment une toute petite partie des sept millions de « Coréens » répandus à travers le monde – essentiellement en Chine, au Japon et aux États-Unis ; de cette diaspora d’invention récente – et d’assez longue histoire – où se redéfinissent aujourd’hui les frontières du monde coréen.

Le Kazakhstan offre ainsi à l’anthropologue du contemporain un stimulant terrain d’investigation pour qui s’intéresse, au-delà de la Corée, aux constructions de l’identité, aux institutions qui les informent, aux agents qui les portent, aux tensions qui les traversent. Mais loin d’être seulement un cas, il présente une perturbation – et donc un enrichissement – du modèle triangulaire où se conçoit d’ordinaire le fait diasporique : état d’origine ; diaspora ; état d’accueil. Car s’y ajoutent et s’y entrechoquent les forces d’une vive concurrence qui voit

se réverbérer – au loin, tardivement – les effets de la division de la péninsule en deux états hostiles depuis 1948. Le démantèlement du modèle triangulaire vient dès lors jeter une lumière puissante – et comme un doute – sur les composantes alléguées d’une identité « coréenne » : langue ? nourritures ? rituels ? mémoires de la déportation ?

Eunsil YIM : Docteure en anthropologie de l’EHESS et chargée de cours à l’Inalco, Eunsil Yim restitue ici tous les éléments de cette dynamique de transformation – et parfois de raidissements – posée sur la mémoire vive de la grande déportation stalinienne de 1937. Femme de terrain et d’archives russophones, elle vient rappeler tout ce qu’une ethnologie située peut produire d’ouvertures pour penser les métamorphoses transnationales du xxie siècle. Elle nous dit aussi comment le monde coréen – et ses visages d’Asie centrale – peuvent nous aider dans cet effort.

Être Coréens au Kazakhstan. Des entrepreneurs d’identité aux frontières du monde coréen, Eunsil YIM,

 Sommaire

 Préface de Stéphane Dufoix : Des vertus de la descente en singularité     7

Introduction     13

Qui sont les entrepreneurs identitaires des Coréens au Kazakhstan ?     16
L’espace social comme catégorie analytique     19
Sur les enquêtes ethnographiques      21

1. La genèse des « Coréens soviétiques »     35

L’intégration forcée     38
La construction des représentations identitaires des « Coréens soviétiques »     51

2. La naissance des entrepreneurs identitaires coréens     85

Le mouvement de « renaissance » (1988-1990)      89
L’émergence d’un slogan : « sans langue pas de culture, sans culture pas d’ethnie ! »     103
L’Association des Centres culturels coréens du Kazakhstan : une instance de représentation en devenir      117

3. La confrontation entre la Corée du Nord et la Corée du Sud dans le mouvement de « renaissance » (1989-1991)      137

La position privilégiée de la Corée du Nord      141
La précocité nord-coréenne dans l’institutionnalisation d’une politique de diaspora     157
Les prémisses d’une politique sud-coréenne     163
La « guerre des langues » (1989-1991)     175

4. La métamorphose de l’Association coréenne du Kazakhstan (AKK) (1995-2000)     193

L’Association des Centres culturels coréens du Kazakhstan (1992-1995) : dilemme et inévitable restructuration      196
L’émergence d’une nouvelle figure du dirigeant     204
La naissance de l’Assemblée des Peuples du Kazakhstan à la confluence des enjeux sociaux, politiques et économiques     211
L’allégeance à l’État kazakhstanais comme condition de montée en puissance (1995-1999)     222

5. Une nouvelle économie relationnelle de l’AKK avec la Corée du Sud     237

L’emprise sud-coréenne     242
L’Overseas Koreans Foundation (OKF) en quête de légitimité     259
Le retournement stratégique de l’Association des Coréens du Kazakhstan      271

6. La nouvelle stratégie d’« intégration » de l’AKK et la redéfinition des enjeux identitaires     283

Nouvelle figure dirigeante, nouvelle pratique gestionnaire     286
L’imbrication des enjeux politiques et identitaires     299
La démonétisation de la logique de concurrence Nord/Sud     315

Conclusion     339

Cahier d’illustrations      347

Postface d’Alain Delissen : Des singularités discrètes : bifurcation dans les études coréennes     371

Bibliographie      377

Index     387

Liste des illustrations     391

***

Diffusion par De Boccard

Institut d’Études coréennes du Collège de France

 


Vous aimerez aussi...