La Corée : combien de divisions ?

Critique, n° 848-849 (2018)

Revue générale des publication françaises et étrangères

Numéro coordonné par Benjamin Joinau,
professeur d’anthropologie à l’université Hongik de Séoul.

Présentation Les éditions de minuit

La guerre des Corées est relancée. Le monde redécouvre d’année en année qu’elle n’a jamais cessé. Mais derrière cette division coréenne et le spectre d’un conflit sans fin, il y a une image plus complexe, celle d’une Corée multiple et encore méconnue. La Corée du Sud s’est hissée dans le clan des douze nations les plus riches et influentes du globe en une cinquantaine d’années.(…)

Les articles présentés

  • Hwang Sok-young, « Le Prisonnier (extrait) »
  • Philippe Pons, « L’exceptionnalisme de la Corée du Nord »
  • Benjamin Jouinau, « Qu’est-ce qui coule quand un bateau coule ? »
  • Alain Delissen, « Busan-Séoul et retours : le train emballé de la longue modernité »
  • Valérie Gelézeau, « La frontière coréenne et le « problème » nord-coréen »
  • Patrick Maurus, « Une, deux, trois Corée »
  • Lim Jie-Hyun, « Comment historiciser le monde en Asie orientale ? »
  • Chang Kyung-Sup,  » « Modernité comprimée » et famille en Corée du Sud »
  • Kim Kyung-mi, « La Corée du Sud à l’épreuve du multiculturalisme »
  • Benjamin Jouinau, « Soi-même comme un autre : identité et altérité dans le cinéma sud-coréen populaire »
  • Lee Ki-Sang, « Le ménage sensibilité-spiritualité, fondement de l’identité culturelle coréenne »
  • Bernard Senécal, « Tribulations du bouddhisme, de Wonhyo à Seongcheol »
  • Choi Mikyung et Jean-Noël Juttet,  » « Les sombres feux du passé » dans la littérature contemporaine de Corée du Sud »
  • Entretien avec Han Kang, « On ne peut séparer la littérature engagée de celle qui ne l’est pas comme on trancherait un pain de tofu au couteau. »


Vous aimerez aussi...