Catégorie : Publication en ouvrage

단행본

0

« Coopérations coréennes, 1998-2008 »

Sous la responsabilité de Valérie Gelézeau

Critique internationale N° 49, Presse de Science Po, Paris, 2010

Séparées depuis plus de cinquante ans par l’une des frontières les plus hermétiques du monde contemporain, les deux Corées ont évolué vers le rapprochement au cours des années 1990. Ce mouvement a connu son apogée avec la « politique du rayon de soleil » lancée en 1998, qui a mené aux deux sommets historiques de 2000 et 2007 et suscité pendant une dizaine d’années plusieurs projets de coopération. Les plus connus, le complexe industriel de Kaesõng et la zone touristique du Mont K?mgang, ont même conduit à l’ouverture restreinte de la frontière. En 2008, pourtant, celle-ci s’est refermée, et les deux États sont entrés dans une nouvelle phase de tensions. Que s’est-il donc passé dans la péninsule entre 1998 et 2008 ?

0

La chamane à l’éventail : récit de vie d’une mudang coréenne

Auteur:
Alexandre Guillemoz

Imago, 2010

Le chamanisme demeure aujourd’hui encore très vivant en Corée du Sud et.

Dans toutes les classes sociales, on a recours à ses pratiques pour des buts aussi divers qu’inaugurer un commerce. empêcher un divorce ou accompagner un défunt… Au fil des ans. grâce à son expérience de terrain, l’ethnologue Alexandre Guillemoz a pu nouer un lien privilégié avec une mudang, une chamane, surnommée Puch’ae (l' » éventail « ). Cette dernière, le considérant comme son  » fils adoptif « , entreprend de lui raconter sa vie.

De façon tout à la fois drôle et touchante. Puch’ae retrace son enfance difficile à la campagne, ses fiançailles à l’âge de douze ans, les aléas de sa vie de couple, puis son apprentissage de chamane en pleine guerre civile. Elle décrit ses visions et ses relations avec les Esprits, explique ses rapports avec ses  » invités « . ses clients. établis lors du rituel. le kilt. lorsqu’elle officie. munie de son éventail, de ses sonnailles, de son tambour et de ses couteaux.

Après ce récit de vie, Alexandre Guillemoz s’interroge sur l’incroyable liaison que cette vieille femme illettrée. mais subtile et intuitive, sut tisser avec lui, année après année. jusqu’à le convaincre d’organiser, sous sa direction, la première cérémonie chamanique en France. Entre deux cultures, cet ouvrage à deux voix nous offre ainsi l’histoire d’une étonnante et authentique rencontre

0

La Corée du Choson : 1392-1896

Auteur:
Francis Macouin

Les Belles lettres, 2009

Le royaume ermite : ainsi les Occidentaux dénommaient-ils la Corée au XIXe siècle, qu’ils confondaient souvent avec la Chine ou le Japon. Il y régnait toutefois une dynastie, alors vieille de plus de quatre siècles, qui avait choisi le confucianisme comme idéologie et édifié selon ses conceptions un état original, le Choson. Cette petite terre du bout du monde, secrète et mystérieuse, mérite d’être considérée comme l’une des grandes civilisations de l’Asie lointaine.

Les Guides « Belles Lettres des Civilisations » proposent un voyage dans le temps et l’espace. Leur conception pratique permet à chacun de les utiliser de trois façons : soit les lire en suivant, comme un livre traditionnel, pour découvrir les divers aspects de la civilisation présentée, soit recourir directement à l’une des rubriques qui composent chaque chapitre grâce à une table des matières très détaillée, soit encore se servir directement de l’index très fourni afin de trouver rapidement une information précise. Les cartes, tableaux, schémas, permettent, en outre, d’aller à l’essentiel. Et une bibliographie choisie et récente offre à qui le souhaite d’amorcer une recherche plus approfondie. – 4e de couverture –

0

La Corée en miettes : Régions et territoires

Sour la direction de Valérie Gelezeau

Géographie et Cultures n°51, L’Harmattant, Paris, 2005, 144 p.

ISBN : 2-7475-7565-9

Actualité sociale et politique, Géographie, Asie, Corée du sud

Est-il possible de mettre la Corée en miette ? Ce petit pays homogène peut-il avoir des régions ? D’ailleurs, qu’est-ce qu’une région, pour un géographe coréen ? Et pour un habitant de la Corée. Que signifie par exemple le fait qu’aux dernières élections présidentielles (2002), les électeurs de Pusan et Taegu ont massivement soutenu le candidat originaire de leur région ? Pourquoi, au contraire, les coréens des bonnes familles séouliennes évitent-ils de se marier avec des personnes originaires de Kwangju ?

0

Séoul, ville géante, cités radieuses

Auteur: Valérie Gelézeau

CNRS Editions, 2003

Au Pays du Matin calme, les cités radieuses sont en effet au cœur même des villes et le grand ensemble (ou tanji) est un type d’habitat apprécié par la majorité de la population, y compris ses franges aisées. Comment comprendre ce paradoxe ? Cet ouvrage invite à la découverte d’une très grande métropole mondiale encore mal connue. L’auteur y reconstitue l’écheveau complexe des relations entre la ville coréenne, ses acteurs et ses habitants. Elle met en lumière les différents processus qui ont fait entrer la société urbaine dans sa modernité, au-delà des seuls mécanismes économiques responsables du formidable essor de la Corée du Sud.