La place de la littérature : fictions nationales et cultures politiques dans les Corées libérées (1945-1950)

Benoît Berthelier

Éditeur : Collège de France

Collection / Série : Kalp’i – Etudes coréennes ; 5

Prix de vente au public (TTC) : 35,00 €

384 pages ; 24,00 x 16,00 cm ; broché

ISBN 978-2-905358-21-9

EAN 9782905358219

 

Résumé :Que peut la littérature en situation de crise ou de catastrophe ? Dans la foulée de Gisèle Sapiro et de Pascale Casanova, Benoît Berthelier se saisit d’un moment clé dans l’histoire du monde coréen pour renouveler une question – s’engager en littérature, s’engager par la littérature – en même temps qu’en éclairer une autre : l’intrigante trajectoire de la culture coréenne dans le monde. En août 1945, après un demi-siècle d’occupation japonaise, la libération de la péninsule divisée par la Guerre froide et la guerre civile, postcoloniale, impose aux écrivains de se situer. Au croisement du champ littéraire et du champ politique, il s’agit de prendre place : dans une langue, les lieux diffractés d’une nation – le Nord, le Sud, la diaspora –, les régimes esthétiques, l’espace des possibles et des idéologies. Effets attendus pour penser en retour les cas européens contemporains…


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Eun-joo Carrè-Na (24 mars 2023). La place de la littérature : fictions nationales et cultures politiques dans les Corées libérées (1945-1950). Carnets du Centre Corée. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qmzq


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search