Smart city, du concept à l’expérience quotidienne : l’exemple de Songdo en Corée du sud

Suzanne Peyrard

soutiendra sa thèse de doctorat en géographie et études coréennes, préparée au Centre Chine, Corée, Japon (UMR 8173)

sous la direction de Valérie Gelézeau, directrice d’études à l’EHESS.

La soutenance aura lieu en présentiel

le mardi 5 décembre 2023 à 14 h 00

à l’EHESS (salle AS1_24),
54 boulevard Raspail 75006 Paris.

Titre

Smart city, du concept à l’expérience quotidienne : l’exemple de Songdo en Corée du sud

Résumé

Depuis la fin des années 2000, la smart city (ville intelligente) s’impose comme une panacée pour les urbanistes, les promoteurs et les acteurs publics. Sans que ses fondements théoriques ni son développement pratique ne soient définis, ce modèle urbain circule à l’échelle internationale en même temps qu’un certain nombre d’équipements « intelligents » dont le smartphone fait partie. À travers une enquête de terrain (2018-2022) menée à Songdo, une smart city en cours de construction en Corée du Sud, cette thèse interroge notre manière d’habiter, c’est-à-dire de penser, théoriser, construire et pratiquer un espace urbain de plus en plus façonné par les technologies de l’information et de la communication (TIC). Cette recherche met d’abord en perspective le discours des habitants avec celui des « sponsors urbains » (les développeurs qui influencent la gouvernance urbaine), exposant les écarts inévitables entre la réalisation d’un mégaprojet urbain pris dans une mécanique financière capitaliste et la réalité quotidienne d’habitants souvent désenchantés face à l’attente de concrétisation. Avant d’être qualifiée de smart, Songdo apparaît comme une nouvelle ville de la région de Séoul conçue pour une élite sociale en quête d’une modernité symbolisée par des complexes d’appartements (apateu danji). Une enquête ethnographique d’un laboratoire d’ingénieurs permet ensuite d’analyser leurs actions d’informatisation urbaine et de reconsidérer de manière critique dans quelle mesure la standardisation de la production urbaine impacte l’informatisation de la ville, allant jusqu’à normaliser l’intelligence artificielle (IA). Malgré un développement technologique fondé sur l’IA, donc estimé plus performant que d’autres mégaprojets urbains par ses concepteurs, les résultats de l’enquête révèlent que l’expérience urbaine de Songdo est comparable à celle vécue dans d’autres villes sud-coréennes où l’utilisation d’un smartphone pour naviguer dans l’espace urbain est devenue un « fait social total » (M. Mauss, 2012). En définitive, Songdo constitue un terrain d’étude exemplaire d’exploration de doctrines et d’idéologies sous-jacentes à une production urbaine standard du XXIème siècle.

Jury

  • Pierre-Antoine Chardel, professeur des universités, Institut Mines/Télécom
  • Laurent Devisme, professeur des ENSA, ENSA Nantes
  • Beatriz Fernández, maîtresse de conférence, EHESS
  • Françoise Ged, Architecte DPLG, HDR, responsable de l’Observatoire d’architecture de la Chine contemporaine, Cité de l’architecture & du patrimoine
  • Valérie Gelézeau, directrice d’études, EHESS
  • Chloé Parberz, maitresse de conférence, INALCO

Plus d’infos

https://theses.fr/s218711
https://ccj.ehess.fr/membres/suzanne-peyrard



Citer ce billet
Eun-joo Carrè-Na (2023, 24 novembre). Smart city, du concept à l’expérience quotidienne : l’exemple de Songdo en Corée du sud. Carnets du Centre Corée. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qn08

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search