Un champ à travailler. Modalités et nécessité du terrain en Corée du Nord

L’article de Benjamin Joinau et Valérie Gelézeau

est publié dans
Critique internationale
, 2023/4 (N° 101), p. 147-165. DOI : 10.3917/crii.101.0147.

Comment faire du terrain en Corée du Nord ? Nous faisons ici le bilan de plus de dix ans de travail en République populaire démocratique de Corée, et ce, dans différentes disciplines, en individuel comme en collectif interdisciplinaire. Il s’agit tout d’abord d’assumer une position critique face à ce terrain difficile en situation de contexte fermé. Loin d’être unique, la Corée du Nord pose des problèmes connus tels que la surveillance, l’asymétrie des positions, le risque d’instrumentalisation, la difficulté de l’interprétation. S’y ajoute une saturation scopique liée à des régimes de visibilité concentrés et à un rapport omniprésent au pouvoir limitant observations et entretiens. Le chercheur de terrain doit donc essayer de trouver des formes alternatives d’enquête et de restitution. Après avoir défini les spécificités du terrain scientifique en Corée du Nord et ses difficultés, nous présentons quelques pistes pour mener une recherche résiliente, capable d’offrir des contre-discours sur ce pays méconnu.



Citer ce billet
Eun-joo Carrè-Na (2024, 7 mars). Un champ à travailler. Modalités et nécessité du terrain en Corée du Nord. Carnets du Centre Corée. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz9u

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search