Valérie Gelézeau sur Mediaprt (nov. 2012)

Les «sciences molles» réussissent une démonstration de force

(26 novembre 2012 | Par Joseph Confavreux – Mediapart.fr)

« Il ne s’agit pas d’un manifeste », insistait l’historien François Hartog, directeur de l’École des hautes études en sciences sociales, lors de la présentation de l’aboutissement d’un travail collectif de trois ans, sous forme de trois ouvrages intitulés Faire des sciences sociales, et respectivement sous-titrés Critiquer, Comparer, Généraliser. (…)

 

Le résultat est une somme d’articles fouillés et inédits, réunissant les derniers résultats de la recherche de nombreux historiens, économistes, linguistes, anthropologues, philosophes, sociologues et autant de chercheurs déjà reconnus, tels Georges Didi-Huberman, Esteban Buch ou Stéphane Audoin-Rouzeau, que de signatures moins célèbres et plus jeunes.

 

Les trois volumes nous emmènent donc sur des terrains aussi divers que l’analyse d’une œuvre musicale commandée au compositeur John Adams dans le cadre de la commémoration du 11 Septembre à des leçons japonaises pour une refondation de l’économie politique, ou encore d’une histoire des procédures de faillite jusqu’à l’usage du datif-accusatif en nivkh et celui de l’indéfini en mohawk (et dans les langues iroquoises)… Il s’agirait d’un inventaire à la Prévert si les différents articles ne cherchaient, tous, à élaborer la manière dont les chercheurs fabriquent du savoir avec les trois opérations qui font le cœur de la démarche en sciences sociales. (…)

« Intellectuel collectif »

Il est rare qu’une université ou un établissement d’enseignement supérieur présente ainsi les résultats de ce qui se produit en son sein, mais « l’école en tant qu’intellectuel collectif a voulu montrer ce qu’elle était en train de faire », explique Christophe Prochasson. (…)

Le constat principal que l’on peut tirer à la lecture de ces trois volumes est, effectivement, que la recherche française ne considère plus la France, ni même l’Europe, comme un horizon suffisant, et que ses problématiques sont mondiales et mondialisées. (…)

 

Après avoir invoqué la mise en garde de Walter Benjamin selon laquelle « il n’est aucun document de culture qui ne soit aussi document de barbarie », une sentence qui interdit de se targuer de quelque titre de civilisation que ce soit pour juger les autres, Jérôme Baschet conclut « qu’il ne s’agit donc ni de se livrer à une glorification ouverte ou subreptice de l’Occident (ou du moins de la modernité), ni non plus de succomber à la diabolisation de ce monstre dénommé “Occident” que certains courants des études postcoloniales rendent incompréhensible à force d’essentialisation ».

 

De la même manière, la géographe Valérie Gélezeau propose un autre exemple d’internationalisation de la recherche française qui ne se contente pas d’importer des concepts forgés ailleurs, en signant un article intitulée « La Corée dans les sciences sociales ». Elle y montre la difficulté de saisir en même temps le Nord et le Sud : des « sociétés voisines, limitrophes, dont l’analyse comparée fait problème : soit cet ensemble socio-spatial renvoie d’abord au temps long d’un “monde coréen” ancré dans la péninsule et, dans ce cas, on peut supposer qu’une division d’à peine plus de cinquante ans n’est qu’un accident de l’histoire et que la comparaison se réduit à néant. Ou alors, on se place d’un point de vue coréen et non d’un point de vue occidentalo-centré, dans lequel la division, qui est plus qu’un simple moment historique et contingent (…), constitue non seulement une dynamique présente à l’œuvre, mais aussi, dans les deux Corées, un outil de réécriture du passé, aussi bien que, quel que soit l’avenir politique de la péninsule, une structure qui marquera l’avenir ». (…)

Vous aimerez aussi...