Astrologues et devins du Koryŏ (918-1392) : une analyse de l’histoire officielle

YBruneton

 

 

 

 

Yannick Bruneton, Maître de conférences, Université Paris Diderot

Résumé

(Publication : 24/05/2013 – Presses Universitaires de Vincennes)

L’analyse de l’histoire officielle du Koryŏ (918-1392), principale source d’informations sur les matières divinatoires, permet de caractériser la culture divinatoire de la Corée médiévale. En s’appuyant d’abord sur la description du cadre institutionnel (formation, recrutement, carrières, bureaux spécialisés) ainsi que sur le recensement des traités de référence, sont mises en évidence l’influence prépondérante des théories et des institutions des Tang et des Song, mais aussi l’existence d’une école autochtone (l’école du moine Tosŏn). Ensuite, l’étude catégorise les acteurs de la divination en fonction de leur lien à l’État (statut administratif et enjeux politiques). Au Koryŏ, la divination était placée au cœur du système politique et ritualiste de la cour, impliquant la participation des moines bouddhistes, et expliquant la prégnance de la géomancie pour la gestion du territoire (capitales et monastères).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Eun-joo Carrè-Na (24 mai 2013). Astrologues et devins du Koryŏ (918-1392) : une analyse de l’histoire officielle. Carnets du Centre Corée. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qmrl


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search