Corée, Corées. Pour une géographie située de la division

Le jeudi 13 décembre 2012 à 14h30, Valérie Gelézeau a soutenu une habilitation à diriger des recherches intitulée Corée, Corées. Pour une géographie située de la division, qui sera discutée avec :

 

Manuelle Franck, professeure, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, marraine de l’habilitation,

Remco Breuker, professeur, Leiden University, membre du jury,

Juliet Fall, professeure, Université de Genève, membre du jury,

Jean Radvanyi, professeur, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, rapporteur interne,

Timothy R. Tangherlini, professeur, University of California at Los Angeles (UCLA), rapporteur externe,

Isabelle Thireau, directrice d’études, École des hautes études en sciences sociales, rapporteure externe.

Volume III (inédit) de l’Habilitation à diriger des recherches soutenue le 13 décembre

2012 à l’INALCO (garante scientifique : Manuelle Franck).

Institut National des Langues et Civilisations Orientales, 2 rue de Lille, 75007 Paris, Salons.

 

Résumé

S’appuyant sur une démarche géographique qui analyse la dimension spatiale des faits

sociaux, cet essai inédit de nature essentiellement épistémologique, voire théorique, montre

que la division de la Corée est bien plus qu’un fait géopolitique. En effet, cette division a

suscité l’émergence de frontières multiples et territorialités nouvelles (Nord et Sud,

péninsule et région asiatique, diaspora) qui redéfinissent profondément l’aire culturelle

Corée. De plus, elle a aussi conditionné les perspectives d’approches des études sur la

Corée : la pensée sur cet ensemble aujourd’hui difficile à définir, et qu’on ne peut pas

désigner simplement en langue coréenne, est une pensée de la division.

A partir de ce constat démontré dans le chapitre 1, et pour tenter de dépasser cette pensée de

la division, l’essai explicite les impensés d’une « géographie de la Corée » : une perspective

implicitement comparative qui traite en réalité d’un objet dédoublé – deux Corées. Le

chapitre 2 développe une discussion critique de la méthodologie employée : la pratique du

« terrain », qui renvoie aussi bien à la géographie qu’aux aires culturelles. Enfin le chapitre

3 discute des conditions de possibilités d’une recherche sur la Corée du Nord dans la

perspective située de la géographie culturelle.

Mots clés

Géographie, géographie culturelle, géographie urbaine, géopolitique ; études

coréennes, aires culturelles ; Corée, Corée du Nord, Corée du Sud, République de Corée,

République Populaire Démocratique de Corée, Asie du Nord-Est, Asie orientale ; frontières,

interfaces ; sociétés et espaces urbains, capitales coréennes ; logement, habitat,

appartements.