Le militantisme culturel face à la politique de réaménagement urbain en Corée du Sud : vers un nouveau répertoire d’action collective (résumé)

leekilho

Vendredi 4 avril 2014

Dans le cadre du séminaire pluridisciplinaire du CRC, Lee Kil-ho (GAP/ISSP, Université Paris Ouest Nanterre), a donné une conférence intitulée « Le militantisme culturel face à la politique de réaménagement urbain en Corée du Sud : vers un nouveau répertoire d’action collective ? » Dans son exposé il a expliqué l’émergence d’un nouveau mode  de contestation citoyenne de la politique du rénovation urbaine en Corée du Sud, qu’il appelle le « militantisme culturel ».

En Corée du Sud, comme ailleurs, les projets de rénovation mènent à l’embourgeoisement du quartier et à une contestation populaire. En 2009, une violente répression de la contestation du projet de rénovation de Yongsan, à Séoul, nommée « tragédie de Yongsan », a constitué une cause symbolique,. Lee Kil-ho a partagé ses observations de terrain d’une autre cause symbolique du militantisme culturel, celle de Duriban : c’était un restaurant tenu par une certaine Madame Yoo dans le quartier de Hongdae à Séoul. Après son éviction dans le cadre de la rénovation urbaine, elle a décidé d’occuper son restaurant pour réclamer un dédommagement. Dès 2010, Duriban est devenu un lieu de rassemblement plutôt convivial de « militants culturels » : écrivains, intellectuels, musiciens etc. qui organisaient des expositions, des concerts, des conférences, en bref des manifestations très différentes de la contestation « traditionnelle » sous forme de manifestations parfois violente, de discours et de chants engagés. La loi sur le rassemblement public qui nepermet la nuit que les réunions à but culturel, explique en partie cette évolution. Mais celle-ci s’explique également par l’évolution des acteurs engagés eux-mêmes – ce que Lee Kil-ho a appelé le « militantisme bobo » (des militants culturels qui ne s’engagent jamais physiquement…), qui n’en est pas moins traversé d’invisibles frontières sociologiques  : d’un côté, il y a ceux qui font face aux évictions et de l’autre ceux qui disent  « On résiste pour s’amuser ».

Pour rendre une cause pareille publiquement visible, l’expérience précédente, un lieu de référence (comme le restaurant Duriban), l’appellation (« petit Yongsan » pour Duriban) et les réseaux jouent un rôle crucial : le mari de Madame Yoo est membre de l’Association des Ecrivains et Lee Kil-ho a souligné que les écrivains jouent un rôle crucial dans les mouvements contestataires en Corée. Pourtant, malgré sa visibilité, le mouvement de Duriban n’a apporté aucun résultat tangible plus large : le cas de Madame Yoo a été un cas exceptionnel de dédommagement.

Dans la session questions-réponses, Lee Kil-ho a évoqué la problématique de la légitimité d’un tel sujet de recherche : dans le milieu universitaire coréen, assez conservateur, le sujet du militantisme culturel et de la contestation citoyenne n’est pas socialement légitime à cause de la stigmatisation des contestataires. Par conséquent, il n’est pas non plus académiquement légitime.

Alexandra Lichá
Étudiante en M2, affaires urbaines (Governing the Large Metropolis) à Sciences Po Paris, spécialisée en villes coréennes
Stagiaire au Centre de recherches sur la Corée de l’EHESS
UMR 8173 Chine, Corée, Japon


Vous aimerez aussi...

1 réponse