Plural South Koreas in North Korea’s Nationalist Discourse in the 2000s (résumé)

Vendredi 11 avril, 2014

dans le cadre du séminaire pluridisciplinaire du CRC, la Maison de l’Asie a accueilli Cho Young Chul (Korea Foundation Visiting Professor, Leiden Univeristy & IIAS), spécialiste des études politiques et des relations internationales de l’Asie du Nord Est. Dans sa présentation intitulée « Plural South Koreas in North Korea’s Nationalist Discourse in the 2000s » (tirée d’un article qu’il a publié en 2011 dans le Korea Observer – voir liens ci-dessous), il a présenté trois visions de la Corée du Sud dans le discours nationaliste officiel de Pyongyang.

Il a appuyé son analyse sur le portrait du Sud dans le « National Cooperation Discourse » (NCD) : Minjok Gongjo, Urminzokkiri à travers le prisme de la géopolitique critique. Le NCD s’articule autour de trois principes : indépendance nationale, priorité aux intérêts nationaux et promotion de la coexistence, de la coprospérité et d’intérêts communs entre les deux Corées. Cho Young Chul a souligné que le discours nationaliste nord-coréen sert à l’auto-identification vis-à-vis du Sud, qui est représenté de trois manières différentes :

  • La Corée du Sud comme soi imaginaire : le même « nous » de deux Corées, dans une opposition contre les ennemis de l’extérieur (le Japon et les E-U.) ; fantasme d’une Corée du Sud « adoratrice des Kims » sans vraiment de place idéologique pour la Corée du Sud telle qu’elle est vraiment.
  • La Corée du Sud comme soi corrompu mais fort : la Corée du Sud est corrompue économiquement et culturellement par le Japon et les E-U., donc le Nord lui est supérieur sur le plan culturel et moral. Autrement dit un discours orientaliste envers Séoul : la Corée du Nord comme celle qui devrait purifier son voisin – qui est présent également au Sud sous forme d’éducation et de démocratisation du Nord.
  • La Corée du Sud comme l’autre menaçant : Pyongyang identifie en Corée du Sud des forces conservatrices (Sadaechui) qui agissent contre la réunification.

En conclusion, Cho Young Chul a rappelé qu’au contraire de sa perception traditionnelle par les security studies, dans sa propre logique, la Corée du Nord est prédictible est rationnelle. Il a aussi exprimé son opinion de la nécessité du respect de l’autre sans tenter de le convertir vers soi comme le principe qui devrait guider le rapprochement des deux Corées. Pendant la session questions-réponses, Valérie Gelézeau a remarqué que la création de l’identité reste processus de délimitation.

Pour en savoir plus sur les publications de Cho Young Chul.

Alexandra Lichá
Étudiante en M2, affaires urbaines (Governing the Large Metropolis) à Sciences Po Paris, spécialisée en villes coréennes
Stagiaire au Centre de recherches sur la Corée de l’EHESS
UMR 8173 Chine, Corée, Japon


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22/04/2014

    […]  Source : Centre de recherches sur la Corée, UMR 8173 “Chine, Corée, Japon” CNRS-EHESS. […]