L’image de l’Autre dans le cinéma coréen (1945-2013) centrée sur l’ère de la politique du Rayon de soleil (1998-2008). Hétérologie et imaginaire

Thèse soutenue par Benjamin Joinau

(EHESS, sous la direction de Alexandre Guillemoz, Directeur d’études de l’EHESS)

Date

le 25 juin 2014, à 14 h, à la Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, Paris 16e.

Jury

M. Yannick BRUNETON, Maître de conférences, Université Paris VII-Diderot, HDR
M. Hyung-joon CHIN, Professeur, Université Hong-ik, Séoul, rapporteur
Mme Valérie GELÉZEAU, Maîtresse de conférences, EHESS, HDR
M. Alexandre GUILLEMOZ, Directeur d’études, EHESS (directeur de thèse)
Mme Roberte HAMAYON, Directrice d’études, EPHE
M. François JOST, Professeur, Sorbonne Nouvelle-Paris III, rapporteur

Résumé

Comment parler de l’Autre quand il est le Même ? C’est la question que les Coréens, du Sud comme du Nord, se posent depuis la partition de la péninsule. Dans cette situation de non-communication, le cinéma a été utilisé comme interface symbolique pour représenter la division. C’est ainsi que de chaque côté de la frontière se sont élaborés des discours hétérologiques. C’est la nature de ces discours et leur capacité de régulation qui font l’objet de cette thèse. L’approche mythodologique de Gilbert Durand nous permet d’étudier ce vaste corpus qui s’étend de 1945 à nos jours en y repérant les structures, schèmes et symboles qui définissent un imaginaire coréen de l’autre (alter) par le cinéma. Nous avons centré notre étude sur la période charnière de l’ère du Rayon de soleil (1998-2008). Une première partie définit notre méthodologie et nos concepts. La seconde partie étudie la mise en place du thème dans la période pré-1998, révélant un imaginaire fortement structuré par le régime diurne et oppositionnel des images. La troisième partie étudie le cinéma nord-coréen dans la période 1998-2008, et conclut sur la disparition progressive de la Corée du Sud comme Autre explicite. La quatrième partie aborde le contexte de production spécifique du cinéma sud-coréen en période de Vague coréenne. Dans la partie suivante, la dimension expérimentale du discours hétérologique révèle quatre structures principales organisant le corpus de 25 films. La dernière partie traite du déplacement de l’altérité dans le cinéma post-1998 de l’alter à l’alius, à d’autres Autre non coréens, ouvrant un imaginaire plus dialogique. Nous y relevons aussi la résilience de notre thème après 2008.


Vous aimerez aussi...