Pourquoi faire son stage au CRC ?

Par Alexandra Lichá, Université Charles à Prague

Quand on débute son M2 en parcours pro, souvent, on se retrouve avec sa vie étudiante centrée autour d’une seule chose bien particulière : le stage de fin d’études. Il faut en trouver. En trois, quatre mois. Et comme cette initiation à la vie professionnelle reste obligatoire dans plus ou moins tout établissement en France, on est loin d’être seul. Même très, très loin. Des multitudes de masterants font presque l’impossible pour décrocher leur convention tant désirée.

Il y a deux ans, c’était moi. Étudiante en M2 en sociologie et gestion urbaine dans un établissement parisien de prestige, perdue dans l’antichambre du monde de travail. Au fur et à mesure dans mes études, je me rendais compte qu’après tout, la recherche, cela pourrait bien me convenir comme futur métier. Or quelle pourrait être la meilleure passerelle entre le parcours pro et une éventuelle thèse ? Un stage dans un centre de recherche !

Ayant un fort penchant académique vers l’Asie Pacifique, notamment la Corée, le CRC avec le projet scientifique « Capitales coréennes » dirigé par Valérie Gelézeau correspondait à merveille à mes propres intérêts. D’ailleurs les villes nouvelles en Corée du Sud, Songdo et Sejong, sont devenues les deux piliers de mon projet scientifique au sein du CRC ainsi que mon sujet de mémoire. J’aurais pu difficilement faire mieux dans mon choix de stage, pour deux raisons principales:

Premièrement, ça a été une belle occasion « d’aller voir ailleurs », non seulement en ce qui concerne les cours et l’esprit d’établissement, mais aussi pour les savoir-faire et les savoir-être. J’étais, en tant que stagiaire, dans une situation intermédiaire entre une étudiante et une jeune collègue, une chercheuse apprentie, donc loin du mal-fameux stage « café-photocopies » ! (Même si, les photocopies, on en faisait – beaucoup – et du café, on en buvait – du bon.)

Deuxièmement, j’ai été placée dans une authentique simulation de travail de chercheuse : être responsable de son propre projet et du travail de mise en valeur de l’établissement, ‘assister aux séminaires et aux événements du « networking » (séminaire pluridisciplinaire, lancement de la revue Korea Analysis, etc.)… Bref, j’ai appris à jongler avec mon temps et les différentes tâches. Ce qui, après tout, est la vraie base d’une carrière académique.

Maintenant que je suis doctorante en anthropologie sociale à l’Université Charles à Prague, le stage au CRC reste une expérience professionnelle et humaine dont j’apprécie encore les bénéfices.


Vous aimerez aussi...