La Résidence de France à Séoul / 서울의 프랑스 공관

Textes : Alain Delissen, Jung Inha, Pierre Cambon, Sathy / Mass Studies
Photographies : Raphaël Olivier
Préface : Fabien Penone, Ambassadeur de France en Corée du Sud
Éditions internationales du Patrimoine
Paris, 2018, 225 p.
Texte bilingue français/coréen (trad. Jung Inha)
69 €

Site de l’éditeur

http://www.editions-internationales-du-patrimoine.fr/

Présentation de l’éditeur

Entrer à l’ambassade de France à Séoul, c’est entrer dans un monde différent, quitter les avenues trépidantes, l’asphalte omniprésent, accéder à un « jardin secret », au cœur d’une mégapole de plus de vingt millions d’habitants qui aspire près de la moitié de la population du pays, une métropole où le moindre espace de terrain est bâti, utilisé, où les parcs sont rares, une métropole où les gratte-ciel ont définitivement envahi le centre de la ville, autrefois fortifiée,débordant largement par-delà les remparts de la cité Joseon qui fut la capitale de toute la péninsule pendant près de six siècles, sous le nom de Hanyang (1392-1910).

Table des matières

Alain Delissen
« Un jardin sur la colline, histoire des résidences de France à Séoul », p. 16-79

Inha Jung
« Une ambassade par Kim Chung-up, histoire et architecture”, p. 80-123

Pierre Cambon
“La résidence de France à Séoul, déambulation », p. 124-207

Sathy / Mass Studies
« Les nouveaux bâtiments de l’ambassade de France en Corée », p. 208-217

Présentation Alain Delissen

Le retour des célébrations diplomatiques – le130e anniversaire, en 2016, du Traité d’amitié, de commerce et de navigation signé en 1886 et les Années croisées France/Corée qui l’accompagnèrent– permet souvent d’aller au-delà de ce que l’on croit bien connu. Y entrer parla visite de la résidence de France à Séoul a rendu possible en tout cas d’aller bien au-delà des dates et des personnages éclatants d’une histoire politique des relations internationales : à travers les sites, les lieux,l’architecture, les œuvres d’art et objets exposés c’est tout le répertoire sensible des symboles entrelacés d’un goût commun qui s’y trouve déployé et mobilisé par une histoire culturelle croisée. Y renvoie dès lors une galerie d’acteurs nouveaux et souvent moins bien connus, au premier rang desquels figurent tant les architectes que ceux qui, de près ou de loin, ont fait vivre une mission. L’approche photographique et iconographique fait aussi mieux que de simplement produire un beau livre : elle ouvre, en bordure de cadre, une fenêtre et une échappée sur le paysage de Séoul d’hier, d’aujourd’hui et de demain.


Vous aimerez aussi...