Aux origines de la vague sud-coréenne : le cinéma sud-coréen comme soft power

Article de Benjamin Joinau, Pouvoirs n°167, 2018

« Nous analysons ici quelques éléments structurels qui ont influencé l’émergence, le développement et le succès de ce qui est appelé la vague coréenne (ou Hallyu) dans le domaine cinématographique. Parmi ces éléments se trouvent un mode opératoire hybride consistant en une forte implication de l’État (législation, subventions, institutions de soutien) en synergie avec les grandes entreprises privées, ainsi qu’une conjonction active et délibérée de différents facteurs mis en place par un spectre d’acteurs variés, qui ont permis le développement d’un soft power à la coréenne, même si cette « vague » coréenne apparaît protéiforme. »

Benjamin JOINAU, “Aux origines de la vague sud-coréenne : le cinéma sud-coréen comme soft power“, Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques, n°167 – Novembre 2018 – Les deux Corées – p.107-120


Vous aimerez aussi...