Voyager en ignorance, voisiner en connivence. Le terrain d’une géographe française en Corée

Publication CRC : Article de Valérie Gelézeau dans Croisements, n°4, 2014

Résumé

A partir de l’expérience de l’auteur, qui est celle d’une « géographe de terrain » habitant en France et travaillant sur la Corée, et dans une perspective épistémologique, l’article discute des méthodes en dévoilant divers aspects de « l’atelier de la géographe » et de ses pratiques de terrain (sur la base d’exemples précis tirés notamment de recherches passées sur les grands ensembles à Séoul, ou les régions frontalières). Cette analyse montre que le terrain géographique articule le voyage et le voisinage, dans le processus même de construction du savoir géographique et du chercheur. Le voyage donne accès au terrain (à la fois comme lieu de travail, comme réseau, et comme espace d’enquête ethnographique) ; la pratique du terrain quant à elle initie et développe l’entrée « en connivence » qui n’est ni plus ni moins qu’une forme particulière de voisinage, supposant d’ailleurs l’intimité – et d’éventuels biais contextuels. La connivence elle-même entraîne de nouvelles dynamiques quant au voyage que constitue le mouvement vers le terrain – au sens du déplacement mental qu’exige une posture analytique et critique. Le terrain peut donc s’apparenter à un processus dialectique permanent du voyage au voisinage, au point de transformer le chercheur-même. »

Sciences sociales de l’Asie et aires culturelles : entre voyage des savoirs et méthodes de voisinage

Conférence donnée par Valérie Gelézeau lors de l’UNIFA (Université francophone d’Asie de l’Est), 29-31 août 2014

Dans le cadre de l’UNIFA 2014, dont le thème était « Voyages, voisinages », V. Gelézeau a donné une conférence intitulée « Sciences sociales de l’Asie et aires culturelles : entre voyage des savoirs et méthodes de voisinage ».

Continue la lecture

Séminaires du CRC de 2014-2015

LA MUSIQUE DES ÉMOTIONS : TEMPÉRAMENTS HISTORIENS ET MODALITÉS DU PASSÉ DANS LE MONDE CORÉEN

·         Alain Delissendirecteur d’études à l’EHESS (TH)

Jeudi de 14 h à 16 h (Maison de l’Asie, 22 av du Président-Wilson 75016 Paris), du 6 novembre 2014 au 12 février 2015

On ne saurait poser que, dans le monde coréen moderne, l’histoire historienne soit finalement parvenue à « l’âge des émotions » — émotions dont Christophe Prochasson a médité le récent retour en France, après que Theodor Zeldin les y avait prises pour objet une génération plus tôt. Car pour toute cette période, « une histoire des passions coréennes » s’impose continument.
Ainsi qu’en témoignent les difficultés de ton, plus que de langues, de notions ou de paradigmes que pose leur traduction depuis le XIXe siècle — où s’instituent de concert une discipline et une langue—, le travail des historiens coréens ne s’offre pas uniment dans les formes lissées de l’article académique. Quelque chose y résiste dont peinent à rendre compte des « histoires de l’histoire » refroidies, enchaînant les noms, posant des étiquettes et arrimant vite les transformations du métier, ici au progrès épistémologique, là aux mouvements socio-politiques.
On se propose dans ce séminaire d’emprunter librement au vocabulaire de la musicologie (tempérament) ou de la linguistique (modalité) ainsi qu’à certaines propositions de l’anthropologie (François Laplantine) pour rendre compte des modes émotionnels qui imprègnent les énoncés de l’histoire formelle ou informelle. Il arrive parfois que ceux-ci soient explicitement formulés : quel est alors le sens et la forme d’une histoire « en mode charang(fierté) », « en mode kaldeung (conflit) », « en mode kot’ong » (souffrance) » ? Il arrive plus souvent que la couleur émotionnelle de tel événement, de tel auteur ou de telle œuvre demeure implicite et qu’il faille, pour interpréter et traduire, y devenir sensible. À partir de matériaux variés, il s’agira donc de lire et relire autrement le passé, l’histoire et l’historiographie du monde coréen moderne. D’en saisir peut-être la musique intime.

Mots-clés : ÉcritureHistoireHistoriographieMémoireSavoirsTextes,

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire semestriel (24 h = 6 ECTS)

 

ÉTUDIER LA CORÉE DU NORD : UNE INTRODUCTION

·         Valérie Gelézeaumaîtresse de conférences à l’EHESS (TH)

Jeudi de 10 h à 12 h (Maison de l’Asie, 22 av du Président-Wilson 75016 Paris), du 6 novembre 2014 au 19 février 2015

Articulé à un projet de recherche plus vaste en cours de développement au Centre de recherches sur la Corée, ce séminaire est d’abord le fruit de la perspective pluraliste qui caractérise désormais les recherches en études coréennes depuis le tournant épistémologique initié à l’EHESS au cours de la dernière décennie. Une première partie du séminaire prendra donc la mesure de ce tournant, en s’interrogeant sur les perspectives de la recherche à propos d’un hypothétique « monde coréen » (deux états, une diaspora) – ensemble qu’on ne peut pas désigner simplement en langue coréenne. Puis le séminaire discutera des conditions de possibilité d’une recherche située sur la Corée du Nord, tant sur le plan épistémologique que pratique.

Mots-clés : AnthropologieCultureDéveloppementDéveloppement durableDiasporaGéographie,Spatialisation, territoires,

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire semestriel (24 h = 6 ECTS)

 

INTELLIGENCES DE LA CORÉE

·         Alain Delissendirecteur d’études à l’EHESS (TH)

·         Valérie Gelézeaumaîtresse de conférences à l’EHESS (TH)

·         Isabelle Sanchochargée de recherche au CNRS

Vendredi de 10 à 12 h (Maison de l’Asie, 22 av du Président-Wilson 75016 Paris), du 7 novembre 2014 au 13 février 2015

Ce séminaire est tout particulièrement destiné aux mastérants désireux de se former à la recherche en études coréennes.

En mettant celle-ci en perspective critique et historique, le but est d’introduire et de former aux disciplines, thèmes, auteurs, et problématiques des études coréennes telles que conçues et pratiquées par les sciences sociales et humaines.
Deux types de travaux sont donc proposés :

1.     à chaque séance, l’exposé individuel puis la discussion commune de textes puisés dans un syllabus raisonné d’articles importants, actuels ou plus anciens qui permet de saisir un questionnement.

2.     en atelier à la fin du semestre, l’exposé oral en temps limité, fondé sur un compte-rendu critique d’un ouvrage choisi dans une bibliographie fermée.

Ce faisant, les méthodes et opérations pratiques usuelles des sciences sociales (Comme faire sa bibliographie ? Qu’est-ce que citer ? À quoi sert un compte-rendu critique ? Quels sont les enjeux de la traduction ? Etc.) sont introduites ou rappelées au moyens d’exemples concrets.

Enfin, de façon structurée, progressive et pégagogique, ce séminaire fait écho au séminaire interdisciplinaire « Études coréennes, Korean studies, han’gukhak, choseonhak) du Centre de Recherches sur la Corée : comme lui, il vise aussi à introduire à la variabilité de l’objet « Corée » (le Nord, le Sud, la diaspora, le passé) ainsi qu’aux savoirs scientifiques et paradigmes situés qui les appréhendent.

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire semestriel (24 h = 6 ECTS)

 

ENSEIGNEMENTS DE MASTER

·         Asies

·         Histoire du fait colonial et impérial : enjeux, problématiques, expériences

·         Intelligences de la Corée

CYCLES DE CONFÉRENCES

·         Séminaire pluridisciplinaire d’études coréennes

Séminaire pluridisciplinaire d’études coréennes, Programme 2014-2015

 Séminaire pluridisciplinaire d’études coréennes

Centre Corée de l’EHESS et UMR 8173 Chine, Corée, Japon

Programme 2014-2015

Sauf précision, les séances se tiennent habituellement de 14h à 16h dans les salons du 1erétage de la Maison d’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75116 Paris (M° Iéna ou Trocadéro).

  Continue la lecture


Carnets de recherche